Chrysalide, Sonic Area, Humatronic, Mistura, Anamorphosis

(MAGASIN 4 le 11/02/2011)



Nous revoilà au Magasin4 pour une soirée qui promet d'être très énergique organisée autour du groupe de Metal Indus HUMATRONIC avec comme invités de marque le groupe CHRYSALIDE!

Arrivée tardive, retrouvailles, papotages et fatigue nous empêche de réellement assister à la prestation d' Anamorphosis, le groupe d'ouverture. Malheureusement, le peu que l'on en a entendu n'a pas réussi à nous focaliser sur le concert. Une electro-"indus" assez convenue plus proche des dance de "soirées new rock" que de nos goûts. Notons tout de même que le groupe a eu la gentillesse de dépanner les organisateurs suite à une annulation (" the walking ghost phase "). Mais soit, il en faut pour tous les goûts...


Plus tard et quelques bières aidant, nous nous mettons enfin dans la soirée lorsque Mistura commence. Les gars du ch'nord pratiquent un Metal classique agrémenté de mélodie et de breaks amusants lorgnant même quelques fois vers les premières années des Red Hot. Une seule ombre au tableau: la voix est un peu faible et manque quelques fois de consistance. Finalement un groupe assez agréable à écouter, et surtout un bon « vrai » point de départ Metal vers la transformation industrielle qui s'opèrera plus tard.


C'est à ce moment que les doutes sur qui a monté la soirée s'estompent très vite! Régionaux de l'étape, Humatronic est venu accompagné de ses supporters, voire même fans (quelques fois aussi hystérique que pour un concert « Sirkissiens »). 

Et bien, contrairement à beaucoup de situations de ce genre pour d'autres jeunes groupes, celui-ci le mérite! Passé du côté obscur du cyber avec l'arrivée d'un nouveau chanteur venu avec ses machines (ce qui fait déjà preuve d'un esprit d'ouverture pour le genre musical), « Blame », devenu HUMATRONIC donc, a réussi à créer une musique encore quelques fois un peu naïve, mais à l'énorme potentiel! 

L'énergie et la rage sont là, le mariage des style est très réussi, et ce sans tomber dans des arrangements « pouet-pouet » des machines. Rajoutons à cela une présence scénique efficace et une maîtrise du passage au live et nous nous mettons des baffes, puisque nous allons chercher des groupes improbables à l'autre bout de la terre et on ne connaissait pas ce groupe situé à 60Km de chez nous! Raaah làlà!


En tout cas un groupe à suivre, et à écouter puisque vous pouvez télécharger leur 6 titres sur leur bandcamp.




La programmation de Sonic Area à ce moment là de la soirée n'était pas, d'un point de vue de cohérence musicale, une très bonne chose pour ce projet plutôt introspectif, coincé qu'il était entre 2 rouleaux compresseur d'énergie brute. 

De fait, les – très – jeunes fans d'Humatronic étaient déjà parti on ne sait où bien avant l'arrivée sur scène du Strabourgeois. Restaient donc les connaisseurs, ce qui est très dommage pour cette musique axées sur l'exploration, la curiosité musicale et l'engagement.


Bref, même si c'est toujours un extrême plaisir de voir ce projet, il faut avouer que ce n'était pas le meilleur concert de Sonic Area que l'on ait vu. Quelques hésitations au début et apparemment un assez long délai pour que Arco, le maître de cérémonie, « entre » dans son concert. 

Quoiqu'il en soit, il nous a toutefois encore balladés dans ses méandres sonores pour terminer par une apothéose crescendo scandant « Nous n'avons pas d'autre choix que la résistance, c'est agir ou disparaître! ». Toujours grandiose et dérangeant.



Voici le moment de voir – et pour la 1ère fois en Belgique sous la forme du trio qu'ils ont commencé au Noxious Art Fest 3 en 2009 – CHRYSALIDE, dont nous avions déjà pu entendre des morceaux de leur prochain album en avant-première durant les changement (et qui s'annonce très très prometteur!). Tout d'abord pour ceux qui ne connaissent pas, rendez-vous , car je ne vais pas toujours me répéter hein!

Par contre, les fans qui avait déserté la salle connaissaient sûrement puisqu'ils sont revenus dare dare pour se prendre eux aussi leur giclée de noise industrielle!


La nouvelle formule avec l'arrivée d'Amnesy aux machines a permis aux 2 frères d'encore développer une prestation scénique déjà auparavant assassine, mais surtout de permettre une plus grande liberté d'action dans la musique.

La confrontation et plus directe et en face du public (voire au mileu de ce dernier), les temps morts inexistant, et il représente comme toujours le meilleur moyen de comprendre la mission de leur label: vous audiotraumatiser!


Arco est toujours aussi intenable sur scène, tantôt prenant à parti le 1er rang pour leur hurler ses textes à la gueule, tantôt escaladant...et bien tout ce qui pouvait s'escalader. Mais le plus interessant et de voir que son frère Syco est de plus en plus à l'aise dans son rôle et se lâche plus qu'il y a quelques années.

Ce qui est particulier, c'est la capacité à attirer des spectateurs qui ne font pas partie du cercle « d'initiés » de l'indus-noise sans faire aucune concession d'accessibilité!


Suicyco



Comments