Vadi Starh - Hello Monster


Quelques fois, on réalise quelque chose comme ça chez soi, pour soi. Juste pour essayer et aussi bien sûr laisser parler son moi dans l’enceinte privée. Quelques fois cet essai se révèle plus que prometteur. On peut dire que c’est ce qui est arrivé avec le premier opus (
Hello Monster ep) de Vadi Starh.

La dame dévoile un univers fortement empreint de tout ce qui compose sa personnalité, pour peu qu’on la connaisse un chouilla.


Mélange de douceur et de douleur, de glauque et d’acidulé, Hello Monster nous plonge dans un Tideland (Terry Gilliam) personnel à la fois enfantin et horrifique, mélange d’ambiances industrielles et éthérées.

Alors en voiture m’ssieurs dames, dans le train Hello Monster, direction l’inconnu! Vous ne serez pas seul pour le voyage : Lynch, Cronenberg, Gregg Araki, Rob Zombie et consorts vous accompagneront et vous feront de fréquents clins d’œil.


Fermez les yeux et écoutez. Vous serez plongés dans l’univers fantasmagorico-glauque de cette diva si trash et si sensible à la fois.


Dès Polyester – le premier morceau (à vous de retrouver les hommages de chaque titre, on n’est pas là pour vous mâcher le travail non plus !), le décor se dévoile sous nos yeux (ou nos oreilles plutôt) : l’enfance, le joyeux révèlent peu à peu leur face cachée, sombre pour nous entrainer plus loin dans les confins de nos cauchemars, de nos traumas.

Mélange continuel du beau et du soi-disant laid, de l’amour et du glauque (O Tracy et You are useless), chaque morceau (tranche d’âme ?) utilise parfaitement les sonorités industrielles (allant jusqu’au harsh-noise comme dans Eating Tumors), les samples ainsi qu’un chant lointain et cristallin rappelant une naiveté brisée pour d’abord nous prendre par la main avec un sourire en coin et ensuite nous briser (Death is funnys’en occupera vous verrez).

Je ne saurai dire que c’est un disque à écouter. Je dirais plutôt à vivre comme une expérience boulversante. Surtout si on connait un peu la demoiselle puisque l’on a réellement l’impression de voyager au travers de son âme, de ses rêves et démons. Je ne sais pas si cela a été conscient ou non, mais vous y avez mis beaucoup, beaucoup de vous dans cette œuvre, miss Starh. Et on en redemande DANS LES PLUS BREFS DELAIS !

Myspace : http://www.myspace.com/vadistarh

Bandcamp (écoute+download gratuit): http://vadistarh.bandcamp.com/

Bone structure : http://www.myspace.com/phallocephalic


Suicyco



Reviews Albums


Comments