The Blood of heroes - The Blood of heroes



On connait mieux Justin Broadrick dans ses œuvres guitaristiquement saturées de Godlfesh, God et aussi bien sûr dans Napalm Death (cette liste n'étant bien sûr pas exhaustive vu l’appétit du bonhomme et le souci de votre serviteur à ne pas faire 40 pages). Notre ami Justin – ou encore quelques fois JK Flesh – ne cesse d'explorer les contrées musicales avec sa guitare et travaille avec tout autant de plaisir avec des métalleux qu'avec des rappeurs (cf. techno animal) ou encore des artistes issus de l'étraaange monde des machines (the Curse of The Golden Vampire).


Donc The Blood of Heroes n'est pas vraiment une surprise lorsqu'on connait le parcours de Broadrick. Par contre le casting à de quoi laisser quiconque sur le cul mais aussir étonner.

En effet, à l'instar des "super groupes" du monde du rock, The Blood of Heroes réunit d'énormes pointures mais d'horizons tellement différents qui ferait ressembler leur présentation à un générique de super heros.

Allons-y! Avec Justin Broadrick (pouvoir: guitare-scie circulaire), nous avons Bill Laswell (pouvoir: Basse Hypnotique), Dr Israel (voix tueuse, dub-killer), End.user (avalanche de bombes breakcore), Submerged (Big boss(de Ohm Resistance) et maître des drums électroniques en rafales).

Yum yum hein? Et lorsqu'on ajoute des guest stars occasionnelles comme KJ Sawka de Pendulum et Balazs Pandi (Merzbow, Wormskull, venetian snares) aux baguettes, ou encore Gregor Filip à La guitare, ça fait vraiment peur! Ça fait peur car, oui la réunion a tout d'une association de champions, mais si on reprend l'analogie du rock, ces super groupes déçoivent beaucoup plus souvent que la mayonnaise ne prend. Surtout si les ingrédients sont comme ici aussi disparates.




Ce qui étonne encore plus – et qui a peut-être fait la réussite du projet – c'est justement une volonté de ne pas se rencontrer à la croisée des chemins de chaque style mais bien que chacun vienne avec sa spécialité et s'oblige à aller au delà de soi-même pour participer au contest, genre Mortal Kombat sonore! Quelques fois, croiser les effluves, c'est très très bien!

Le tapis de guitare tantôt drone voire doom tantôt plus light et shoegaze d'un Broadrick souvent plus proche de Jesu que de Godflesh ouvre la voie des morceaux et est vite rejointe par les rythmique d'une bonne vieille drum'n bass se faisant tour à tour apaisante (ou carrément ambient) ou au contraire cataclysmique.


L'association basse-guitare avec les machines drum ou breakcore assurent un son beaucoup plus profond qui nous emmène vers un étrange état de « futur primitif », une autre vision du post-apocalyptique ("Chains") ou tout simplement de l'avenir de ces musiques tel qu'il devrait être. Car comment ensuite, encore écouter du break ou de la drum ensuite, sans ces jeux de guitare???


La voix sourde et grave de Dr. Israel parcourt tout le spectre de ses activités: Dub (« Descend Destroy »), Hip Hop (« Blinded ») et même Dance Hall (« Salute to the Jugger », également titre du film d'où est tiré le nom du projet et à qui ce dernier fait un vibrant hommage) ou Spoken Word ( « Repositioned », l'hypnotique « Drift »).


Cet album est une expérience qui ne cesse de nous interpeller sur cette fameuse séparation des genres musicaux. A tel point qu'à l'instar de certaines œuvres futuristes dans lesquels les populations finissent par parler une langue commune composée d'un mélange de toutes celles que nous connaissont actuellement, The Blood of Heroes nous laisse entrevoir la futur de la musique dans lequel toutes les barrières seraient enlevées. Utopie? Peut-être! Mais celle-ci se voit réalisable finalement!


Pour finir, une mention spéciale cette putain de superbe pochette (réalisée par Khomatech) reprenant le concept de mutation musicale de l'album par ce personnage "survivant" à la fois humain, machine et bestial!

Suicyco



Label: Ohm Resistance

Date de sortie: 2010

Myspace: http://www.myspace.com/realbloodofheroes

Acheter (CD) et écouter ou ici


Retour aux reviews                                                                                                          Back to the top

                                                                                                    
                                                                                                 
Comments