Death Grips - ExMilitary





Parlons-nous encore seulement de musique ici? Ou carrément d'Expérience? Comme ces voyages chamaniques, ces transes aborigènes ou tout ce qui touche à ce qui est de plus primal chez l'homme?


Car même si ce projet de Zach Hill (Hella, Flössin, Team Sleep,...) et de MC Ride entre dans une catégorie "Hip Hop", Death Grips va beaucoup BEAUCOUP plus loin avec cet "Ex Military".

Imaginez les B-BoyZ de l'East Coast sous peyotl, la recherche d'un cri primal rageur post-dépressif dans une tribu africaine ou australienne par un mélange de RZA, Del Tha Funky Homosapiens et Busta Rhymes et vous y êtes!


L'attaque directe, par les mots, des sensations et des émotions, sans embage ni détour, est devenu – selon une certaine Intelligentsia qui n'en porte que le nom – l'apanage d'un revival Spoken Word embourgeoisé, Alors que le rap en avait depuis longtemps tiré toute son essence avec Grandmaster Flash notamment.

Death Grips va directement et brutalement là où ça fait mal grâce aux lyrics de MC Ride et aux beats de Zach Hill, sorte d'écriture automatique sonore où tout vient des tripes sans passer par la case conscience ou par les conventions, qu'elles soient sociales ou musicales.

Nihiliste mais réaliste, « Ex Military » est un voyage sous substance à l'intérieur de vous-mêmes, à la recherche de ce moi sauvage et sombre que le monde nous pousse à enfouir, mais qui depuis des millénaires reste bien présent et prêt à l'attaque.


Musicalement, l'album s'en bat les couilles avec des orties fraiches des règles du (des??) genre(s) en passant d'un pseudo dub macabre et halluciné (le fabuleux « Guillotine », « Culture Shock ») et de l'electro cheap d'un carnaval freak (« Lord of The Game », « Thru The Walls »,...) en lorgnant bien sûr du côté de guitares (ultra fuzzées comme dans « Known For It », « Fugaziennes » dans « Beware », « Black Flaguiennes » avec « Klinik » ou bien encore West Coast Rock'n Roll » old school à la Tarantino dans « Spread Eagle Cross the Block »... et j'en passe!). Il ne faut toutefois pas se leurrer: sous ce côté très « DIY » appuyé encore par les vidéos qui ont servi de « buzz » au projet, se cache une production attentive à chaque son, chaque mot, autant utilisé pour sa signification que pour sa sonorité. Tout simplement (ce qui devrait être une évidence pour chaque musique d'ailleurs), le panel de son et de style n'a aucune limite et ne cherche pas le confort de l'auditeur mais plutôt l'efficacité du feeling à transmettre.


On est très loin des clichés d'usages dans le hip hop (même alternatif ou dans cet ignoble terme d'Abstract), et pourtant très proche du digne relais du punk de la fin des années 70 pour hurler à la face du monde les états d'esprits les plus enterrés sous le vernis de la civilisation. D'ailleurs, la pochette soulevant beaucoup d'interrogations à première vue, devient d'une évidence folle après l'écoute.


Vous l'aurez compris, « Exmilitary » n'est pas un album comme les autres (déjà, il est en donation libre!). Il parle autant au cerveau reptilien qu'au néocortex. Faites de votre esprit – et de vos oreilles – une page blanche pour plonger dans ce qui fait de vous, tout au fond de votre identité, un humains au sens le plus animal du terme.


Pour cela, il est quasi universel et intemporel.



Suicyco


Death Grips - ExMilitary

Date de Sortie: Avril 2011

Label: -

Download (free donations):  http://thirdworlds.net/mp3.php

Site: http://thirdworlds.net/




Comments