Cindytalk - the crackle of my soul + up here in the clouds




Dans les années 80, on découvrait Cindytalk dans les brumes cold wave de son premier album et de ses interventions au sein de This Mortal Coil, le supergroupe de 4AD. Et on en gardait la voix déchirante de son gracile chanteur trans-genre Gordon Sharp. Quelques albums plus tard, on le découvrait pianiste sur fond d’ambient, toujours aussi fragile, mais moins mémorable. Puis plus rien.

Et pour cause, Gordon Sharp avait quitté l’Ecosse pour Taiwan, Tokyo, puis L.A., où il s’investissait à fond dans la scène sound-system des années 90, on ne peut plus éloignée de la musique froide et torturée des origines post-punk.

A quoi pouvait-on s’attendre lorsqu’il revient en 2009 chez editions Mego ? Le label lui-même met la puce à l’oreille. Les premières minutes d’écoute de « the crackle of my soul » confirment ce que l’on soupçonnait : c’est bien d’expérimentations électroniques qu’il s’agit, et pas des moindres, puisqu’on pense tout de suite à Pita et Fennesz, ses compagnons de label. 

Surprise, la voix hantée qui faisait sa marque de fabrique a disparu. Mais si le support a changé, l’émotion est intacte. Composé en solo sur un Mac à travers 8 ans d’errances géographiques et musicales, le retour de Cindytalk se veut récit de voyage. On se laisse porter par un flot d’informations numériques hors du temps, mais loin d’une abstraction purement expérimentale et cérébrale : les craquements, chuintements, grésillements, glitch et murmures lointains s’assemblent et se délitent pour former de délicats fragments de paysages sonores passionnants, ponctués de déflagrations noise digne de Daniel Menche. On évolue ici sur des territoires défrichés par Taylor Deupree, Alva Noto, Andrey Kiritchenko ou Autistici, qui rappellent également les expériences à la guitare de Main / Robert Hampson : drones, vibrations, samples de voix fantomatiques, notes de guitare sèche égrenées sur nappes électroniques, comme si, allongé en rêvassant sur le canapé, on écoutait à la fois les bruits de la ville, les émissions radios ou télé qui s’échappent de chez les voisins, et un léger fond musical trip-hop et cotonneux. Le tout entrecoupé de phases plus bruyantes que ne renieraient pas Mika Vainio / Angel ou Pita, tel le passage au dessus du fameux salon d’un Boeing à basse altitude qui fait passer aussi brièvement que violemment des limbes à la réalité. 

 Le Gordon Sharp nouvelle mouture sculpte la matière sonore, sans s’encombrer de mélodies ni de rythmes pop, et pourtant l’ensemble vibre d’une émotion aussi intense que l’inoubliable « it’s luxury » du premier album « camouflage heart ». Surprise, un final où flottent des accords de piano vient faire écho à l’album précédent, sorti 13 ans plus tôt. Les « crépitements de l’âme » de Gordon Sharp restent aussi uniques et évocateurs que son œuvre des débuts.




L’expérience se poursuit en 2010 sur un split single avec Robert Hampson, et sur « up here in the clouds », plus apaisé et moins abstrait que « the crackle of my soul », débarrassé des explosions et stridences qui rythmaient l’album. Le tout reste cependant assez sombre, et véhicule une tension sous-jacente en contradiction avec la légèreté sous-entendue par le titre. On sent l’orage monter au loin, on le sent approcher, on espère que le vent portera ces nuages menaçants dans une autre direction …et effectivement, le morceau final, tout en mélodie synthétique, éloignera définitivement l’écho de la tourmente, laissant l’auditeur à son soulagement d’avoir évité le grain.


Le retour de Cindytalk est magistral et valait largement plus de 10 ans d’attente.


Noiz'    


Cindytalk myspace - blog - Facebook


Label : Editions Mego

the crackle of my soul: infos/écoute

sortie: Novembre 2009

acheter: CD/MP3

----------------------------------

up here in the clouds: infos/écoute

Sortie: Septembre 2010

acheter: CD/MP3



Retour aux reviews                                                                                                  Back to Top

                                                                                             





Comments