Broken Note - Terminal Static






Voici enfin l'occasion de vous présenter l'autre projet qui m'a amené à ne plus être à priori dégoûté du dubstep et que j'avais donc déjà cité dans la chronique de Niveau Zero: Broken Note

Terminal Static est en fait un compilation sur un même support des singles vinyl que les 2 Londoniens ont sortis depuis leurs débuts en 1998 sur Ad Noiseam, Ruff et Damage Records, plus 2 remixes (par Hecq et I am the Sun alias Enduser), un titre de Juno Reactor remixé par eux et un inédit  («Mask Of Gas »).


Alors, est-ce que Broken Note est représentatif du courant dubstep? 

Si la question renvoie au plus grand nombre et non à la qualité, alors la réponse est NON! Certes, le tempo est lent et lourd, mais à la petite différence qu'il est surtout lent, LOUUUUURD et tout de même très violent par la puissance des basses employées (oubliez donc les enceintes de votre laptop et votre balladeur mp3, ou alors avec un bon gros casque).



Contrairement à ce que pourrait faire penser « Mortal Bass » le 1er morceau tout en intro dub et en samples de rastamen, le style général s'appréhende plutôt comme si on était à une dizaine de mètres de quelques uns de ces énormes marteaux pilons de chantier enfonçant inexorablement d'énormes pieux dans le sol, comme vous pourrez vous en rendre compte en ramassant vos oreilles à l'écoute de « Let'em Hang » - véritable déchaînement d'artillerie lourde, équivalent dubstep du style d'un DJ Hidden dans le breakcore.


Plus proche justement d'un breakcore « ralenti » mais alourdi dans une tentative de record du monde de la plus grosse basse, les morceaux agressent, là où les groupes « commun » de dubstep font gentiment dodeliner de la tête. 

En plus de cette douce et voluptueuse base de basses de malade, il y a une véritable construction musicale qui éloigne toute comparaison avec du Dj-ing: chaque seconde apporte une nombre considérable d'informations sonores, même après plusieurs écoutes et emprunte adroitement à des styles aussi nombreux que divers, comme l'industriel (« Zealot »), les musiques de film, l'IDM (plutôt son côté obscur il est vrai), le breakcore ou encore le Metal (le «double kick » de « Meltdown »!!!).


Loin d'être monotone et bourrin chaque morceau amène son ambiance bien particulière. Du dub comme on l'a vu plus haut, de la drum frénétique (« The Fury », «Pyrotek »), des atmosphères post-ap de science-fiction menaçantes (« War In The Making » par exemple). Il est par contre difficile de retirer un titre plus « hit » que les autres, disons que mes coups de coeur vont vers les sons torturés et tordus dans tous les sens de « Crux » et les coups de boutoir de « War of the Making» et de « Let'Em Hang » (dont l'intro est tout simplement grandiose).


La violence des sons de Broken Note pousse à privilégier d'aller assister à un live (à moins que vous n'ayez une installation de festival chez vous bien sûr), mais Terminal Static est tellement riche en sonorités qu'il peut très bien se savourer tranquillement chez soi...enfin...tranquillement...on se comprend!


Suicyco


Broken Note - Terminal Static

 (2009 - Ad Noiseam adn117)

myspace

Commander CD/MP3



Retour au reviews                                                                                                      Back To the top

                                                                                                


Comments