Ivan"Béru"(Alternative Boukan Fest)




Il fallait une belle occasion pour parler d'un mec que je respecte et affectionne beaucoup. L'organisation de la 3ème édition de l'Alternative Boukan Fest le 16 avril 2011 m'a fourni le prétexte pour interviewer Ivan alias Béru. 30 ans d'une histoire d'amour avec le punk et la musique en général, toujours à la recherche de plans pour promouvoir sa passion tout au long de l'année. Et un cœur gros comme ça.


ALA: Salut Béru! Pour commencer tu pourrais un peu nous décrire toutes tes activités?

B: On va commencer par le début. J'ai commencé comme DJ dans les années 80. Vers 87 j'ai commencé à programmer des concerts, à Ath au télégraphe. C'était des potes qui voulaient jouer, et j'étais allé trouver le café pour demander "allez un p'tit concert". Là c'était seulement 2-3 concerts ainsi quoi, comme un test.

J'aimais bien mais bon ensuite la vie professionnelle m'a empêché de faire plus. J'ai tout arrêté en 92, que ce soit sono et concerts, jusqu'en 94. A ce moment, il y avait un gars qui faisait du théâtre, un spectacle sur Bobby Lapointe, qui m'a demandé de faire les éclairages, normalement c'était pour 2 dates...je suis parti 7 ans sur les routes (rires).


Là on arrive en 2001, la tournée est finie après 250 dates un peu partout, et je rencontre Denis – du Magasin 4 – et je commence à m'intéresser encore plus au monde de la musique. ,Et donc c'est grâce à lui que maintenant je programme des concerts toutes les semaines. De toutes façon, après les 7 ans du théâtre, je n'aurais pas pu m'arrêter comme ça. Il fallait que je continue! Et je suis retourné à mes premières amours, le punk!

J'ai d'abord commencé à faire les éclairages pour des groupes, comme je connaissais un peu le matos grâce au théâtre.

Et 2008 c'est l'idée de fou, au coin d'un bar entre 2 bières: « ouais on ferait pas un festival? »


ALA: L'Alternative Boukan Fest donc?

B: Oui c'est ça! La première année en 2008 c'était à Hornu et malheureusement avec la météo – il avait neigé à mort – on s'est bien cassé la gueule! On avait une super affiche mais bon, les gens n'ont pas su venir. Donc on a arrêté.


Fin 2009, je contacte les Ramoneurs de Menhirs qui sont d'accord de venir jouer dans un bistrot à Mons, mais on s'est rendu compte que le bistrot était un peu petit pour les faire venir, donc là dessus on s'est dit pourquoi ne pas faire le « Boukan 2 » en avril 2010. Avril parce l'hiver, on avait déjà donné (rires)! Et en fait, depuis, c'est chaque année durant les vacances de Pâques – un des 3 weekend de ces vacances.


Dans la programmation, on veut sortir du lot de ce qui se fait dans le coin et ne programmer que ce qui se rapproche au punk, que ce soit electro-punk, Oï, Ska, tout ce qui est festif aussi,...Des textes revendicatifs forcément! D'où le nom d'Alternative Boukan Fest, on programme des groupes qui ne passent pratiquement jamais dans les autres évènements et qui ont déjà une certaine reconnaissance.


Là on a mis le pied, ça fonctionne, des gens commencent à s'y intéresser, quelques petits sponsorings – c'est pas ce qu'on recherche mais ça aide, on est obligé. Ce qu'on veut faire aussi, c'est toujours offrir des prix démocratiques - que ce soit pour l'entrée ou les boissons - pour une affiche alléchante.


ALA: Comment ça s'est passé en 2010? Il y avait du monde?

B: En 2010, on espérait un peu plus de 200 entrées payantes, on les a faits. Bon on n'a pas fait de bénéf mais on était contents: tous le monde a été payé, on est resté avec 94 euros qu'on a reversé aux restos du cœur.


ALA: Et là, vous avez pu vous dire que vous alliez remettre ça!

B: oui voilà! Et je crois que la venue des Ramoneurs de Menhirs a fait assez bien parler du Boukan. Beaucoup de sites par exemples en ont parlé, un reportages de TéléMB (ndlr: télé régionale) qui a fait du bien aussi! Cette année, nous avons le support d'une radio locale qui est YOUFM.

Par contre point de vue média papier, presse, on n'a rien. On a écrit partout mais ça ne semble pas les intéresser, c'est peut-être pas assez « populaire » pour eux.


ALA: Et donc la date pour le numéro de 2011?

B: ce sera le 16 avril. Toujours à Quaregnon et surtout pas à Mons, car on ne veut se coltiner « Mons2015 » . Et de toute façon, j'habite Quaregnon, j'aime autant faire ça dans mon village et la commune n'est pas contre du tout.


ALA: Tu as des bons contacts avec la commune?

B: oui oui, j'ai un bon contact avec eux! Il n'y a pas d'aide financière mais ils sont très positifs. L'année dernière, il n'y a eu aucun problème question propreté dans et autour de la salle après le festival, de respect du lieux des lieux et des environs. J'ai eu des remerciements de la ville et donc ils sont partants pour recommencer.


ALA: Et c'est quoi l'affiche pour cette année?

B: Tout d'abord, on a des groupes comme Jakk, les Buxom Cannibals qui sont de Mons tous les 2, les Freaks (ndlr: Freaks77), un groupe franco-belge du nord de la France et des haut-pays. Il y a aussi Black Sheep de Mouscron, Aimless de Quaregnon que j'avais programmé en concert au Parc (ndlr: le Café "Le Parc") et qui nous avais bien tapé dans l'oreille.

Bon ensuite, dans le vif du sujet, on a les Hors-Contrôle, un groupe de Oï de gauche qui vient de Montceau-les-mines en Bourgogne. Y a Charge69 de Metz et puis il y a les René Binamé qu'on ne présente plus dans la région!


ALA: tu as cité « Le Parc » . Dans tout ça, tu n'as pas dis que tu y avais organisé 100 millions de concerts l'année ici!

B: Hahaha je ne sais pas exactement combien j'en ai fait! En fait ça a commencé quand je programmais dans un autre lieu et je suis allé voir un concert de G.B.H. À la Boîte à Musique à Wattrelos avec une connaissance. En bavardant, elle m'a dit que Le Parc cherchait quelqu'un pour booker des groupes. Le lendemain, je suis venu et là c'était parti! Enfin, j'avais encore des programmation dans l'autre lieu que je voulais assurer et puis je suis venu ici.


ALA: c'était quand ça?

B: c'était début 2010, en mai si mes souvenirs sont bons. C'était avec La Marmite, de Couvin. Et après j'ai dis à Nath (ndlr: la patronne du Parc) qu'à partir de septembre je programmerais minimum 2 groupes par mois. Maintenant on en est à environ 5-6 concerts par mois pour l'asso du Boukan, et en travaillant avec AEM Project qui programme beaucoup de groupes on atteint facilement 12 concerts par mois.


ALA: Et Le Parc est dans l'organisation de l'Alternative Boukan Fest?

B: Absolument. Ils sont à 100% derrière. En sponsoring et en aide aussi! Comme l'année dernière d'ailleurs: je suis arrivé ici 1 mois et demi avant le Boukan et ils m'ont dits « on veut bien s'occuper du bar » et ça a bien tourné et donc cette année-ci on ne change pas une équipe qui gagne!


ALA: En parlant des cafés de Mons...Toutes musiques confondues, qu'est ce tu penses, en tant qu'organisateur, de Mons au point de vue concerts etc...

B: ça bouge bien! Il y a 4 cafés à Mons qui organisent des concert. On peut les citer: le cheminot, le bateau ivre, le Dark Cats et le Parc, qui font des concerts gratuits, pour certains c'était pas le cas avant mais maintenant ils aussi pris le pied de faire gratuit.

On espère aussi aussi que le ON AIR va ouvrir très vite, ça va être quelque chose d'énorme! Parce que pour le moment, il n'y a pas de vraie salle de concert et donc on ne sais pas attirer de gros artistes. Dès qu'il ouvre, on aura une belle salle de 500 places, et chapeau à Pascal qui a eu les couilles de le faire!


ALA: Donc toi aussi tu considère qu'il n'y aura qu'une grande salle à Mons?

B: Tout à fait parce qu'il faut rester logique dans la gestion d'une salle, l’acoustique et les pratiques employées aussi. Il y a des salles qui ouvrent à Mons, c'est la Ville qui paie mais bon...désolé quoi. Il y a aussi l’honnêteté et la pratique des prix à la location qui sont hors de prix!


ALA: Et dans ta scène punk/hardcore – même si ici on fait quelques fois d'autres styles – comment ça se passe avec les autres endroits qui font la même chose? Plutôt entraide ou plutôt chacun pour soi?

B: Pour le moment c'est chacun pour soi. Pour moi, tant que ça n'a rien à voir avec les autorités, je suis pour toutes les initiatives.


ALA: la graaande question maintenant: Dans cette scène punk, où tu es présent en tant qu'acteur depuis 87 mais en tant qu'auditeur, depuis beaucoup plus longtemps – tu as baigné dedans- qu'est ce que tu y as vu comme changements depuis les années 80?

B: Énorme! On va dire que beaucoup de petits keupons se sont un peu embourgeoisés... je me rappelle quand on allait voir un concert, même à 200 bornes on ne disait pas que c'était trop loin! À pied, en stop, n'importe! Encore la semaine prochaine, je vais faire 750 bornes pour voir un concert à Saint-Étienne dans un bar.


J'en vois beaucoup maintenant: on fait un concert à Mons et ils habitent La Louvière (ndlr: 35km de Mons) et c'est trop loin! Et il y a beaucoup plus de trains qu'avant en plus! Et si on n'a pas de logement sur place, on ne se déplace pas non plus, alors qu'on pieutait souvent à la gare ou dans un abribus par tous les temps.


ALA: Et au niveau des orgas et groupes? Même question.

B: De ce côté là, c'est le même esprit. Enfin, comme dans tout il y a des groupes qui se prennent la tête mais bon en général ceux là ne font pas long feu.


ALA: Lorsque tu es ici au Parc ou au Boukan, on voit bien sûr la « vieille » génération qui vient aux concert. Mais Est-ce que tu vois beaucoup de jeunes genre 16-17 ans pour prendre la relève?

B: Oui énormément! Ils ont leurs crêtes et tout! Moi je suis fier, tout content! Il y a mon gamin de 14 ans qui vient parfois et il a sa crête!

Maintenant bien sûr, il faudra voir cette génération là dans 10 ans. Si ça tombe, sur 100, il y en aura 2 ou 3 qui seront encore dans le truc.


ALA: Et parmi ces jeunes là, est-ce que tu as déjà constaté que certains venaient ici, plus baignés dans une culture « punk=Greenday » et qui se sont dit « putain, alors le punk c'est ça! »?

B: ça non. Le public qui vient ici est déjà un public connaisseur. Même ceux de 16-17 ans savent ce qu'ils vont voir. Il y a toujours des petits jeunes qui découvrent aussi bien sûr avec leur potes qui leur disent « viens voir! » et ce sera même peut-être leur premier concert, mais dans l'ensemble ça connait.


ALA: Et ce que cela reste fermé genre par genre ou tu vois un public d'un genre venant voir un concert d'un autre style musical?

B: ça reste ouvert. Par exemple ici on a une bande de petits punks, une dizaine comme ça, et ils débarquent ici le jour d'un concert de Metal! Ils viennent voir.

J'ai eu plusieurs discussions avec eux: leur trip c'est le punk, mais ça ne les dérangent pas de venir voir autre chose si il y a du bon son.


ALA: Donc Béru, en plus de faire tout ça, il paraît que tu passe de l'autre côté de la scène? C'est quoi ce projet de groupe dont j'ai entendu parler? Hein?

B: Heuuuu quel projet (rires)? En fait c'est le guitariste des Freaks77 avec qui je m'entends très bien. On est fans tous les 2 des bérus et un jour il a acheté une boite à rythme et sa guitare. Comme moi chanter c'est pas trop mon truc et je me suis dis « bah, il y a 22 ans je jouais de la basse » etj'ai vu sur internet une occasion que j'ai acheté.

Pour l'instant je refais mes gammes...très difficilement. Bah 22 ans quoi! On dit que c'est comme le vélo mais c'est plus dur que le vélo!

Le chanteur ce sera peut-être notre ami Colin qui fait aussi parti de l'équipe du Boukan, mais là il se tâte encore. On verra!


Donc voilà, c'est un petit projet comme ça sans prétention et on s'est donné 1 an avant faire quelque chose.


ALA: Que penses-tu des festivals dits "alternatifs" comme Dour?

B: Hmm je dirais no comment...Pour moi ce sont des festivals qui sont devenus hors de prix. Il y avait 2 festivals en Belgique que j'aimais quand j'étais plus jeune, c'était Dour et le Pukkelpop. Maintenant, les découvertes que tu fais, tu peux les voir dans des petits concerts dans la région sans tout claquer en un weekend.

Ouais il y a des grandes scènes et 35,000 personnes par jour. Et alors? Dans les 35000, il y en a 3000 qui viennent pour la musique et le reste est là pour la boîte de nuit.


Tu vois avant, on pouvait découvrir Noir Désir à Dour! Ils passaient à 16h... Noir Désir! C'était grâce à Dour qu'on avait découvert les garçons bouchers, les Shériffs, Pygalle, les Ludwig aussi. Maintenant des découvertes comme ça, je ne crois pas qu'on puisse encore réellement en faire.


ALA: voilà, on arrive à la fin. Yvan, dis-moi, tu as quel âge?

B: 43


ALA: J'avais vu quelques part un bilan intéressant pour 2010 à ton sujet. Dis-moi à combien de concerts tu es allé l'année passée – et pour info tu bosses en plus.

B: si mes souvenirs sont bons: 102 ou 108. Mais bon, il y a déjà les concerts que j'organise qui sont comptés forcément.


ALA: voilà, c'était un message à la jeunesse qui se dit trop fatiguée ou que c'est trop loin.

B: et donc des milliers de kilomètres.


ALA: A partir de combien de kilomètres c'est trop loin pour toi?

B: Quand il y a un avion à prendre (rires). Sérieusement, on va dire jusqu'à 800km, je me déplace.


Propos recueillis par Suicyco


ALTERNATIVE BOUKAN FEST 3 

Quand?  le 16 avril 2011. ouverture des portes 14h30

Où? Salle Culturelle de Quaregnon (Belgique), rue du village. --> googlemaps

Tickets? Préventes à 10€ au café du Parc à Mons ou sur ticketnet.be (11.70€) 

                Sur place: 13€

site: http://www.myspace.com/alternativeboukanfest


Programme:

JAKK http://www.myspace.com/jakkband


FREAKS 77 : http://www.myspace.com/freaks77


Aimless : http://www.myspace.com/aimless7390


Buxom Cannibals: http://www.myspace.com/buxomcannibals


Black Sheep : http://www.myspace.com/bxsbelgium


Hors Controle : http://www.myspace.com/horscontrole71


Charge69: http://www.myspace.com/charge69punkrock


René Binamé : http://www.myspace.com/biname




Retour aux interviews                                                                                                   Back to Top

                                                                                                  




Comments