ORKA


     


        
 
Pays: Iles Féroé

Genre: Traditionnel/ old industrial

Site:  http://www.myspace.com/orkaonline












Réchauffement climatique…Gros problème de ce début du siècle et qui nous projette un futur de grand bouleversement. On peut imaginer l’eau des Fjords à 30°C, des allées de palmiers dans la ville de Copenhague, que l’Islande devienne un des plus gros importateurs de fruits exotiques et que la Suède devienne la destination prisée par les touristes pour son ensoleillement.

Si cela tourne comme ça, on ne va pas se plaindre…Par contre si la musique suit le mouvement ça risque d’être autre chose…imaginez Björk monter un groupe de Calypso (elle en serait capable) ou Sigur Ros être LE groupe de Samba du carnaval annuel de Reijkavik di Janeiro ou encore que Darkthrone se mette au reggae…oui, cela peut faire peur…Mais bon, pour le moment on n’a pas trop de crainte à se faire, la musique nordique avec son style sombre et mélancolique, posé bien souvent sur des accords glaciaux, à encore un bel avenir. La preuve avec le groupe ORKA.







Remontons dans le temps jusqu’en 2008, un album au titre cabalistique et à la pochette « BCBG-animalier » fait son apparition dans les bacs. Derrière cette production un groupe au nom aussi étrange que le reste : ORKA (j’avoue, j’ai pensé au film de 1977). Importation directe des Iles Féroés, on se dit alors, avant même d’avoir écouté l’album que ça doit être encore un folk/pop mélancolique avec de longues trainées mélodiques aussi froides qu’une banquise. Mais non! ORKA fait bien mieux que de faire partie du cercle des « groupes venu du froid », il propose quelque chose de personnel. Du traditionnel, oui, mais saupoudré d’une rythmique industrielle, dans un bon dosage pour éviter d’étouffer une voix chantant en Féroïen et laisser la place à des accords tirés d’instruments faits maison. Étant donné que le Féroïen (« une langue que personne ne peut comprendre et qu’il faut par conséquent appréhender au niveau de la texture phonétique ») est glossolalie pour le non-initié, on se retrouve à imaginer une cérémonie chamanique, orchestrée par Jen Thomsen et ses fidèles disciples, où nous, auditeurs serions le peuple en extase devant les prouesses du maître.


Dans l’attente de pouvoir écouter le dernier album dans son intégralité (et peut être en faire une chronique) je vous laisse une info qui pourrait peut être vous donnez l’envie de l’acheter, L’album « Oro » est produit par Oktopuss, une partie du duo Dalëk.


JC




Retour aux Focus                                                                                                        Back to the top

                                                                                             
      

  

Comments