MACHINE EAT MAN









Nous allons faire d'une pierre deux coups avec ce projet puisque nous nous envolons pour l’Égypte pour y découvrir un artiste hors deS sentiers touristiques battus, mais de surcroît  un genre musical à part entière créé par l’intéressé!


Mohamed Ragab est Machine Eat Man. Notre ami a réussi à se plonger dans la musique électronique expérimentale sans oublier ses racines. Les nappes électroniques spatiales et rythmées sont appuyées par une armée de percussions orientales, conduisant l'auteur à justement qualifier cette avancée « transmoderne » orientale d'Egyptronica.

Ragab travaille essentiellement « à l'ancienne », c'est à dire à partir de synthétiseurs analogiques, et non comme beaucoup, sur leurs équivalents numériques. C'est peut-être un détail, mais cela donne sans aucun doute une profondeur et un effet « live » indéniable.


La musique est bien entendu très rythmique de par les percus, mais ce style oscillant entre l'electronica et un ambient jamais nonchalant conduit surtout l'auditeur au travers d'un dédale d'un proche-orient entré dans un futur technologique, tout en ayant évolué parallèlement à l'ambiance particulière au Nord-Est du continent Africain.


Le projet créé il y a plus de 10 ans (parallèlement au groupe rock dont Mohamed Ragab faisait partie à l'époque) a déjà accouché de 4 albums: What goes around comes around (2003), Inside My Digital Mind (2006), The Man Behind The Machine (2008) et Mono/Poly (2010).




Suicyco






















     
 
Pays: Egypte

Genre: Electro expérimentale (Egyptronica)

Sitehttp://www.machineeatman.com