Supermarché mon amour

(30/03/2011)




Voici une lettre assez édifiante envoyée par une personne malvoyante à la Direction d'un grand magasin (non cité car peu importe l'enseigne, cela peut se passer n'importe où) révélant une fois de plus que les beau discours ne suffisent pas ou sont même inutiles lorsque l'attitude par rapport à ce qui est différent ne change pas.

Dans notre société où tout doit être « clean », est-ce que ce genre de personne – même s'il est de mauvais ton de l'avouer – « dérange »? Une chaise roulante, un chien-guide, une canne peuvent-ils faire fuir le chaland???


Une remarque que vous devriez vous faire: avez-vous déjà parlé à ce que l'on appelle encore un handicapé? Pour autre chose que de vouloir l'aider bien sûr. Je veux dire parler à l'individu, le connaître, discuter avec lui. Je ne parle évidemment pas de charité mais simplement d'une rencontre comme on en fait tous les jours.


Pourquoi aussi plus jamais personne ne prend parti lors de tels événement? Pourquoi les gens regardent-ils d'un air consterné ces incidents sans aller dire à tel gérant, vigile ou autre que c'est révoltant et qu'on pense changer de magasin? Il faudrait peut-être également une lettre à l'attention de toute la population....


(vous pouvez trouver l'édition première de cette lettre ici )


Lettre à l'attention de la Direction Générale de C*******r France.

 

Madame, Mademoiselle, Monsieur,

 

Depuis ma naissance, je perds la vue à cause d'une maladie génétique et, pour me déplacer, je dois impérativement être accompagné de mon chien-guide.

 

Je me permet de vous contacter aujourd'hui pour que vous puissiez prendre les dispositions nécessaires à ce que ma mésaventure de ce jour ne se reproduise pas pour quelqu'un d'autre. En ce qui me concerne, je porterai plainte dès demain auprès des services de Police compétents, en informerait l'association des maitres de chiens-guides et la HALDE.

 

Ce jour, donc, je me suis rendu dans le magasin C*******r, rue de T******, à Lille (ce doit être un C*******r Market ou C*******r City), celui près de la gare Lille Flandre (je ne suis pas certain du nom de la rue). J'étais accompagné d'un ami.

 

Lors de notre entrée dans le magasin, le vigile nous a indiqué que celui-ci était interdit aux animaux, suite à quoi je lui ai précisé qu'il s'agissait d'un chien-guide. Le fait que deux policiers se trouvaient dans le magasin l'a sûrement dissuadé d'outrepasser ses droits ; il nous a donc laissé entrer.

 

Mon chien, malheureusement, et c'est bien la première fois en un an et demi que je l'ai, alors que je vais quasiment un jour sur deux faire mes achats au C*******r du centre commercial E***lille, a été malade et a vomi sur le carrelage du magasin, ce qui est du domaine de l'imprévisible et de l'inévitable, vous en conviendrez. Je suppose que ce n'est pas la première fois qu'un tel incident survient, ne serait-ce que de la part d'un enfant.

 

C'est à ce moment qu'un des employés, à qui je demandais un rouleau d'essuie-tout afin de nettoyer le dit carrelage, m'a indiqué qu'étant "accompagné (par un ami), le chien aurait dû rester à l'extérieur du magasin dans la mesure où je n'étais pas seul et n'avait donc pas besoin de lui". Devez-vous laisser vos yeux à l'entrée d'un magasin si vous êtes accompagné ? La loi m'indique que non.

 

J'ai toujours sur moi, sur la carte d'identification de mon chien-guide, une copie du texte de loi, stipulant que, quelque soit l'endroit et quelque soit les circonstances, y compris dans les magasins d'alimentation et restaurant, les chiens-guides ne peuvent se voir refuser l'accès. J'ai donc tenté de lui faire lire afin qu'il n'y ait pas de différent entre-nous et que nous soyions au même niveau d'information. Il a refusé, poursuivant sa diatribe puis s'est éloigné, sans prêter aucune attention à ce que je tentais de lui expliquer, calmement.

 

Il a du aller chercher le dirigeant du magasin, puisque celui-ci est revenu avec lui, accompagnés par le vigile de l'établissement.

 

Les trois m'ont alors invectivé, au motif qu'un chien, ça n'est pas "propre" et que "ça n'a rien à faire dans un magasin d'alimentation". J'ai voulu, à nouveau, leur faire prendre connaissance de la loi ; ils ne l'ont pas fait.

 

Le gérant a renvoyé l'employé et le vigile à leurs postes et a poursuivi sa logorrhée, m'indiquant fermement que "ici, tu es chez moi et que c'est moi qui fait la loi (sic)".

 

Mon ami était allé chercher les policiers qui étaient présents lors de notre entrée dans le magasin et ceux-ci, n'ayant pas non-plus voulu prendre connaissance du texte de loi (!), ont tâché d'apaiser les choses (mon ami et moi étions très calmes et parlions posément ; le chien était sagement assis et les saletés ramassées). Tristes, énervés et las devant cette nouvelle discrimination et les propos injurieux et menaçant des employés et du gérant du magasin, nous sommes partis, laissant nos achats sur place.

 

Ceci m'est déjà arrivé dans votre magasin du centre commercial d'E***lille, mais une houleuse discussion avec le service d'ordre suivi d'une rencontre avec leur responsable avait fini par régler le problème.

 

Je me rapproche donc de vous afin d'être informé des suites qui seront données à cet incident, dédommagé du préjudice moral subit par mon ami et moi.

 

Je vous demande par ailleurs de ne pas limiter vos actions à une information des responsables du dit magasin, mais d'entreprendre une vraie démarche significative qui me permettra, à moi ainsi qu'à toutes les autres personnes dans ma situation, de me rendre compte que C*******r prend véritablement en compte notre problématique.

 

Un don substantiel au Centre Paul Corteville de Roncq (centre d'éducation de chiens à destination des malvoyants) ou le versement d'une partie des recettes d'une journée du dit magasin à ce centre, ou encore la permission écrite de tenir un stand d'information devant le dit magasin durant une journée serait une véritable démonstration de votre part.

 

En l'attente de votre réponse prompte et impliquée,

 

Veuillez recevoir, Madame, Mademoiselle, Monsieur, mes sincères salutations.




Retour aux articles                                                                                                        Back to the top

                                                                                                   



Comments