petite réflexion sur le non rejet entre les personnes

Nous vivons une époque où beaucoup des communautés dites alternatives ou underground (choisissez) prennent de plus en plus d'importance.
Il y a encore beaucoup de rejets et violence envers ces groupes, malheureusement, mais ils occupent de plus en plus de visibilité dans notre paysage, favorisant le mélange des styles et donc une meilleure compréhension qu'il existe d'autres façons d'être tout en étant quelqu'un de "fréquentable".

Le rejets ou les regards des autres font que ces communautés vivent souvent entre elles sans beaucoup de contact avec les autres groupes. beaucoup de ces personnes ont encore des ennuis -quelques fois graves - à cause de leur look.

Il faut bien entendu que cela cesse, vu le ridicule de jauger la qualité d'une personne sur l'aspect de son T-shirt ou de son pantalon!

Par contre il est apparu également un autre phénomène. En effet, autrefois, on s'habillait de telle ou telle façon afin d'appartenir à un groupe - d'activités et/ ou de pensée - et épouser, du moins en partie, sa vie et ses objectifs.
Désormais la civilisation du paraître fait que l'on voit de plus en plus de personnes arborer par exemple un look punk sans savoir ce que cela veut ou voulait dire. autre exemple, le tatoo - du moins la forme la plus courante - est désormais passé dans les moeurs et un acte qui était il y a quelques année encore une marque de rebellion active et de démarcation par rapport à la société est souvent devenu désormais un pratique accessoire d'un look "rock'n roll" qui fait "rebelle" mais tout étant relativement accepté dans le paysage de nos rues.
Est-ce un bien ou un mal, à chacun son avis, qui peut bien sûr être mitigé entre la joie de voir ces signes enfin acceptés et cette récupération. Par contre, le passé nous déjà démontré que plus qu'une acceptation, nous parlions alors de récupération.
En effet, tout ces look, signes et musiques sont au fur et à mesure récupérée par la société dite "normale" pour en faire du merchandising standard. "adoptez votre look rebelle mais continuez à vivre comme tout le monde" en quelque sorte.
Encore une fois, il n'y a pas de jugement, seulement un constat.

Ces groupes ont encore quelques ennuis donc, souvent physiques. OK. c'est dégueulasse et il faut absolument prôner comme déjà dit l'acceptation de la différence!
Par contre - l'instar du racisme - la stigmatisation de ce phénomène pour chaque acte entre les individus amène des dangers sournois: sous peine d'être taxé d'intolérance nous avons désormais peur d'avoir un avis objectif sur les gens.
exemple1:
"je n'aime ce type, il est malhonnête"
reponse "tu dis ça parce qu'il est arabe, tu es raciste!"

--> non, on parle d'un type= être humain et donc susceptible d'avoir les meilleure qualités comme les pires défauts.

exemple2:
"ce mec est un sale con avec les filles et un crétin" (je sais c'est chargé ;-) )
réponse: " pff, tu juges encore sur son look freaks"

--> non, on a vécu surement une expérience démontrant nos dires sur ce fait. POINT.


Le danger avec cela est la suppression - encore une fois - de notre liberté d'expression.
Je trouve cela intolérable que des blagues sur une communauté ne puissent être faite que par un membre de la communauté, que des avis sur les gens ne soient plus possibles si on n'a pas les signes distinctifs les rendant possibles.

Dois-je sortir avec mon look hip hop pour écouter du rap et juger des gens de ce milieu? si je les connait et que objectivement j'ai un avis, cela devrait quand même être possible sans tout cela!

Dois-je me tatouer partout et me mettre des stretch pour pouvoir être "cool" et dire que des gens de ce groupe sont cons? bin non, si je connait ces gens et que j'ai un avis, je peux encore le donner.

Voilà ces rejet à l'envers est quelque chose qui est aussi violent selon moi que le premier. en effet, je crois vivre cela aussi mal d'être traité de raciste ou d'intolérant qu'un étranger de voleur ou de petite frappe.
Je trouve cela éffarant que des groupes ayant prôné l'acceptation ou la tolérance fassent - certe inconsciemment - cette distinction entre "nous les cools et ouverts" et ceux qui ne sont pas lookés "ceux pas comme nous et intolérants" automatiquement.

Il y a une dizaine d'années, j'ai vu à Londres une image qui m'a profondément plu et marqué: un street punk qui parlait avec son pôte qui, lui, avait son blazer du lycée et la coupe de cheveux classique. je me disais que nous étions vraiment très bien partis, mais je me suis trompé car l'effet pervers montre aussi son nez.

Afin d'éviter des commentaires débiles: je ne fait aucun amalgame mais parle seulement d'un effet pervers et inconscient qui heureusement ne frappe pas tout le monde, mais dont il faut quand même se méfier.




Suicyco



Artciles                                                                                                                      Back to the top
                                                                                                    





Comments